«

»

Calais : Malaise sur la foire d’hiver

les forains prêts à bloquer Calais avec 300 poids lourds

Une menace pèse sur la tenue de la foire d’hiver. Nicolas Lemay, président régional du syndicat des industrielsforains, et Maxime Duhem, président du comité de promotion et de défense de la foire de Calais, refusent qu’elle s’installe au bassin Ouest pour des raisons autant économiques que de sécurité. Un préavis de manifestation a été déposé pour mardi prochain « Il est hors de question que l’on s’installe au bassin Ouest. C’est un lieu complètement exposé au vent et beaucoup trop reculé.
Si on s’installe là-bas, on va perdre plusieurs dizaines de milliers d’euros », explique Nicolas Lemay. Et le représentant du syndicat des forains compte bien joindre le geste à la parole : « Mardi prochain, si rien ne bouge d’ici là, on a prévu de manifester devant la mairie, et de bloquer la ville grâce à des opérations escargot. On a entre deux cents et trois cents poids lourds de forains basés à Dunkerque qui sont prêts à nous suivre. » Décidément les années se suivent et se ressemblent. En 2013 déjà, la tenue de la foire avait nécessité plusieurs mois de négociations. Les forains s’étaient finalement retrouvés déplacés quai du Rhin, une installation contestée et qui avait nécessité la mise en place de plusieurs groupes électrogènes pour un coût compris entre 30 000 et 40 000 euros. Pour calmer les esprits, la mairie avait décidé de prendre en charge 50 % des frais des droits de place.
Cette année encore, les forains contestent la décision prise par la mairie. « On nous a proposé une exonération des droits de place en échange de tickets de manège pour faire passer la pilule. On refuse ce chantage », peste Maxime Duhem.
Au mois d’octobre, une réunion préparatoire à la tenue de la foire a tourné court. Nicolas Lemay a quitté la réunion au bout de cinq minutes. «  Monsieur Grenat nous a imposé le bassin Ouest sans concertation. On ne pouvait pas discuter… Cela ne servait à rien de rester. »
La foire d’hiver décalée d’une semaine ?

Les représentants des forains font part de leur étonnement. « En 2012, Natacha Bouchart avait déjà évoqué la possibilité du bassin Ouest mais on lui avait exposé nos réserves concernant l’exposition au vent notamment, surtout l’hiver. » Car le bassin Ouest accueille très bien la foire l’été. « Mais en janvier, c’est différent. Car il y a 45 % de manèges en plus par rapport à la période estivale. Si c’est pour prendre des risques, et ne rien gagner… » Nicolas Lemay et Maxime Duhem n’en démordent pas : ils veulent rediscuter des conditions d’installation avec Natacha Bouchart. Et le plus tôt sera le mieux. Car si les choses restent ainsi, les manèges qui doivent en théorie s’installer à partir du 13 ne s’installeront pas ce jour-là. Ni le 14, jour de manifestation. Restent les 15, 16 et 17. Car la foire doit débuter le 18. Maxime Duhem évoque pour la première fois la possibilité de décaler l’événement d’une semaine. Même si tout peut aller très vite. « Si on nous donne la permission de nous installer quai du Rhin comme l’année derrière, on peut être opérationnel en deux trois jours. On connaît le lieu. La municipalité veut nous confiner au bassin Ouest mais aujourd’hui, rien n’est prêt. Il n’y a pas de plan, pas de logistique, pas d’information sur l’ampérage nécessaire pour que l’on s’installe. » Pour les représentants des forains, il n’y a que deux solutions possibles : « On peut s’installer quai du Rhin, ou place d’Armes. » Deux solutions inenvisageables pour la municipalité qui vient de refaire la place d’Armes et qui ne veut pas reconduire l’expérience mi-figue mi-raisin du quai du Rhin (voir ci-dessous).
Pour autant, Nicolas Lemay et Maxime Duhem ne croient pas à une annulation pure et simple de la foire. « Si on doit en arriver là, on pourrait le faire, mais on n’ose pas l’imaginer. La foire reste une tradition installée à la fin du XIXe siècle. Et on voit mal la municipalité se passer d’un tel événement. On entre dans une période de soldes. Avoir de l’animation à Calais, c’est bon pour le commerce, surtout que Calais subit la concurrence de Cité Europe. » J.P.

calais

Source: Nord Littoral

Laisser un commentaire