«

»

Lille : Plus assez de place pour les forains

L’ambiance n’est pas du tout à la fête, entre les forains et la ville de Lille.

Au point qu’une partie des professionnels de la foire aux manèges, installée sur le champ de Mars, s’en est physiquement pris aux policiers municipaux, hier, en marge d’une venue en délégation à l’hôtel de ville.

Deux agents ont été blessés, provoquant une vive réaction de la ville qui estime, dans un communiqué, que « les forains ont choisi de se placer hors de la République ». Selon la Voix du Nord, deux fauteurs de trouble présumés ont d’ailleurs été placés en garde à vue.

Barrières lancées sur les agents

Les faits se sont produits dans l’après-midi du 15 septembre. Plusieurs dizaines de forains étaient venus en mairie, pour demander un dialogue sur l’aménagement futur du Champ de Mars, où ils craignent de manquer de place.

La tension est montée avec les forces de l’ordre, qui tentaient de sécuriser le secteur pendant que la manifestation contre la loi Travail circulait à proximité; dans l’agitation générale, des barrières ont été lancées sur les agents, a reconnu Tony Coppier, l’un des représentants des forains, interrogé par Grand Lille TV :

 

 

D’après la Voix du Nord, trois policiers nationaux ont également été blessés dans les échauffourées.

Le cabinet de Martine Aubry précise que les deux agents touchés ont porté plainte à titre individuel, et que l’institution elle-même a déposé une plainte, sans plus de précision.

« Tout cela est inacceptable »

Dans son communiqué, la ville estime que les forains, opposés au plan de mise en valeur de la Citadelle, « veulent privatiser » l’espace « à leur profit, alors qu’il est normal de faire de la place pour tous ». La mairie dénonce d’ailleurs les « dégâts importants » provoqués par le « parking sauvage » de certains forains, sur le chemin planté de l’Esplanade.

D’après la ville, la « violence, la vindicte et les insultes des forains vont croissants depuis plusieurs années ». « Ils sont les seuls à se comporter ainsi », précise le communiqué, citant en exemple les « excellentes relations » entretenues avec les cirques qui s’installent sur le même espace.

Le communiqué termine sur une menace à peine voilée : « Tout cela est inacceptable et beaucoup de villes n’ont pas accepté de tels comportements ». La foire aux manèges doit se terminer le 25 septembre et le feu d’artifice de clôture serait annulé.

Laisser un commentaire