«

»

Manifestation à Rouen : 22/10/2013

Le nouveau plan de la foire Saint-Romain, à Rouen, version 2013, ne convient pas à tous les forains qui manifestent en centre-ville, mardi 22 octobre 2013. Explications.

La Foire Saint-Romain, à Rouen, doit débuter vendredi 25 octobre 2013 et se poursuivre jusqu’au dimanche 24 novembre, avec un changement de décor pour les forains, en raison des travaux d’aménagement des quais.
Et cette nouvelle édition connaît des tensions, mardi 22 octobre. Cette année, les forains doivent s’organiser différemment, pour prendre de nouvelles marques en raison du changement d’emplacement de la manifestation : les travaux d’aménagement des quais bas ont en effet commencé, rendant impossible désormais l’installation des manèges et attractions foraines, qui se trouvent décalés vers la salle de musiques actuelles, le 106.

Bouchons et concert de klaxons dans le centre-ville

L’accord trouvé en novembre 2012 entre la Ville et les forains, ne convient pas à tout le monde et notamment à de nouveaux forains qui sont arrivés dans la nuit de lundi 21 au mardi 22 octobre, avec l’intention de s’installer sur le champ de foire. Des échauffourées ont eu lieu entre les forces de l’ordre et les propriétaires de la vingtaine de camions qui se sont garés au bord de la Seine, constatant qu’ils ne pouvaient pas accéder au parking du 106. Certains ont voulu s’installer sans autorisation.
Et, malgré les discussions avec des représentants de la Ville, la Crea, l’Agglomération de Rouen (propriétaire du site), pour tenter d’arranger les choses, cette cinquantaine de forains en colère ont décidé de « monter » en centre-ville pour une opération escargot, créant d’importantes perturbations, et un concert de klaxons.

La Ville dénonce « une sorte de prise d’otages »

L’opération visait principalement les ponts de la ville… Dans le même temps, de nombreux policiers ont été positionnés au niveau du 106, pour l’installation d’autres forains.
Du côté de la Ville, qui dénonce « une sorte de prise d’otages », on assure que le nouveau périmètre n’a rien à voir avec ces débordements, « et qu’une trentaine de forains se sont invités, sans autorisation, et que cela pose des problèmes de sécurité. La jauge maximale est dépassée : l’an dernier, nous avons accueilli 200 forains et cette année, ils sont 205. On ne peut pas aller au-delà. Les forains qui veulent s’installer aujourd’hui ne veulent pas entendre ce que nous leur disons, à savoir que les accès pompiers obligatoires, doivent être respectés».

La Ville argue par ailleurs que le parking du 106 est dédié aux clients de la foire, ainsi qu’aux spectateurs de la salle de spectacle, plusieurs concerts étant programmés pendant la Saint-Romain. Elle en « appelle à la raison»  et « s’étonne de cette situation de blocage » : « Ce n’est pas profitable à l’image des forains. Et si les forains qui se sont invités restent là, la foire ne pourra pas ouvrir pour raisons de sécurité. »

Les forains revendiquent des places de « zones bleues »

Côté forains, les quelques 30 métiers qui souhaitent tout de même s’installer n’ont pas l’intention de partir. Issus du nord de la France, ils expliquent que sur n’importe quelle foire, sauf celle de Rouen, des zones bleues dites de passage, sont normalement prévues pour permettre la venue de forains occasionnels. Et ce sont ces places qu’ils réclament aujourd’hui, pour installer leurs métiers.

Les métiers que nous souhaitons installer ne sont pas du tout en concurrence avec ceux qui sont déjà sur la Saint-Romain. Nous réclamons simplement le droit de travailler », martèlent deux des patrons forains, dont les métiers sont déjà stationnés le long de la Seine, prêts à s’installer.

Pour l’instant, le bras de fer semble engagé entre les forains et la mairie qui déclarait dans la soirée, qu’« aucune autorisation de monter ne serait donnée », alors que sur les deux rives de Rouen, le trafic était totalement saturé, suite à l’opération des forains. Depuis ce matin, une cinquantaine de policiers de la Direction Départementale de la Sécurité Publique (DDSP) sont sur le terrain : ils ont notamment accompagné les cortèges de camions qui ont bloqué la circulation dès le milieu de l’après-midi.

UNE PÉTITION SPÉCIALE FOIRE SAINT ROMAIN EST EN LIGNE :
btn_signpet_fr

Un dispositif policier en place, susceptible de monter en puissance

« Déjà que le pont Mathilde n’est plus praticable… Si les manifestants commencent à bloquer tous les autres ponts et les grands axes… C’est sûr, le trafic promet d’être sérieusement perturbé », explique-t-on.

Le dispositif de surveillance est, à tout moment, susceptible de monter en puissance. Les hommes de la Compagnie départementale d’intervention (CDI) et ceux de toutes les unités de circulation de la DDSP restent sur le qui-vive. Et promettent de verbaliser toutes les infractions qu’ils constateront.

 

Le mercredi 23 octobre 2013 :

Situation toujours tendue avec les forains

La nuit du mardi 22 au mercredi 23 octobre 2013 n’aura pas apaisé le conflit !
Mardi soir, la trentaine de forains qui s’est invitée sur le site de la foire Saint-Romain de Rouen, sur le parking de la salle de musiques actuelles, le 106, a causé de gros problèmes de circulation en ville lors de leur opération escargot. Motif ? Ils réclament le droit d’installer leurs métiers, alors que le site affiche complet et ne peut accueillir d’autres attractions.
La Ville de Rouen, qui leur a signifié son refus de s’installer sur le parking du 106, pour des raisons de sécurité, campe sur sa position et estime que ces nouveaux forains sont dans l’illégalité. De nouvelles rencontres sont prévues aujourd’hui « en espérant qu’ils finissent par entendre raison », indique-t-on à la Ville de Rouen.

Pour l’heure, les forains poursuivent leur coup de force. Une nouvelle opération escargot a été menée, en fin de matinée, mercredi 23 octobre 2013, dans les rues de Rouen. L’opération a visé une nouvelle fois les ponts de la ville, mais aussi le centre-ville. Des fortes perturbations de la circulation sont donc (encore) à prévoir.

Du côté des forains de la Saint-Romain, ceux qui ont reçu l’aval de la commune pour s’installer, on comprend les deux parties :

Depuis les années 80, il y a eu plusieurs tentatives d’extension de ce type et la commune a dit oui à chaque fois, explique à 76actu, Gérard Poetschke, l’un des piliers de la Saint-Romain. Ces collègues tentent leur chance, alors qu’ils ont aussi des places à Saint-Quentin, mais la Saint-Romain a une bonne image. C’est à la Ville de Rouen de gérer cette situation puisque l’on a subi cette année un déplacement. Du reste, la commune a fait son travail et a même déjà accueilli des métiers supplémentaires par rapport à ceux prévus.

Et si les négociations échouent ?

Autrement dit, les forains autorisés sur la foire ne veulent pas s’en mêler. Si les négociations n’aboutissent pas ?

Le risque est de mettre la population en colère, et ce serait préjudiciable à la foire », estime-t-on à la Ville.

La police a mis en place un système de surveillance pour parer à d’éventuels dérapages, avec un dispositif susceptible de monter en puissance en cas de débordements.

Laisser un commentaire